Acchla

Association pour la Connaissance de la Culture Historique Littéraire & Artistique


L'association

La Vierge cousant de Guido Reni

Parmi les peintres romains du XVIIe siècle, Guido Reni (1575-1642) est « l’Apollon clérical ». Élève des Carracci à l’académie des Incamminati de Bologne, son travail doit autant au classicisme raphaëlesque qu’à Caravage, surtout à ses débuts (Crucifixion de saint Pierre, 1604-05, pinacothèque du Vatican). Tenté par des formes maniéristes, on lui doit l’élaboration d’un classicisme qui allait fortement inspirer les peintres français, tel Nicolas Poussin (le Massacre des Innocents, 1611, Pinacothèque nationale de Bologne).
De cette façon, il s’éloigne des tendances baroques diversement illustrées par Pierre de Cortone ou Rubens, son contemporain. Il produit une œuvre raffinée, élégante, claire, charmante et qui, parfois, tombe dans un sentimentalisme affadi. Sa technique est académique, même si, à la fin de sa carrière, il montre une vivacité d’exécution, une touche plus alerte, aux limites de l’esquisse.

Les fresques de la Cappella dell’Annunziata, Palazzo del Quirinale, Rome (1609-11)

À partir de 1607, Scipion Borghese, le neveu épris d’art de Camillo Borghese (pape Paul V, 1605-1621), confie à Guido Reni une série de commandes importantes pour lesquelles il est assisté par les élèves d’Annibale Carracci. À l’automne 1609, Reni est chargé de peindre à fresque la chapelle privée du pape au Palazzo del Quirinale, consacrée à l’Annonciation de la Vierge. Le peintre a réalisé le décor dans un délai de sept mois. Néanmoins, les paiements se sont étalés jusqu’en 1612.

Pour le décor de la chapelle, Guido Reni est assisté de Giovanni Lanfranco (Parme, 1582 – Rome, 1647) et de Francesco Albani, dit l’Albane (Bologne, 1578-1660). Le maître était responsable de la planification globale de la décoration et n’aurait engagé les deux autres peintres que parce que le pape le souhaitait. L’identification de leurs travaux dans la chapelle est incertaine. Après des années de débat, il est généralement admis que chacun a peint une lunette dans la pièce principale. De plus, on sait que Francesco Albani est l’auteur des sept angelots de la niche à gauche du chœur.

Les peintures de cette chapelle sont parmi les œuvres les plus remarquables de Guido Reni à une époque où il était au sommet de son talent. Il peint un cycle consacré à la Vierge, se concentrant sur le thème de l’Immaculée Conception, selon le souhait du pape.

La voûte en forme de coupole montre Dieu le Père les bras ouverts, entouré d’une gloire d’anges chantant les louanges de la Vierge accueillie au paradis.

Les pendentifs montrent les quatre prophètes : Moïse, David, Salomon et Isaïe.

Sur les lunettes de la pièce principale, les scènes représentées sont : la Présentation de Marie au Temple (à gauche) et l’Annonciation à Joachim (à droite), tandis que sur la façade intérieure au-dessus de la porte, on découvre la Nativité de Marie.

La figure d’Adam dans la niche à gauche de l’autel fait allusion au péché originel. Le thème de l’humilité est aussi personnifié.

La voûte en berceau et les lunettes du chœur sont remplies d’angelots vifs, joliment arrangés et gambadants avec des rubans d’inscription et des symboles de la Vierge (lys, branches de palmier, rosiers, rameaux d’olivier) qui se combinent pour former un ensemble esthétiquement agréable.

Enfin, un sujet inhabituel et rarement représenté : Marie, vêtue d’une robe rouge et les cheveux tombant librement sur ses épaules, est penchée sur un ouvrage de couture. Elle est encadrée par deux anges tandis que deux angelots avec des rubans font allusion à son rôle prédestiné de Mère de Dieu.

Enregistrement audio du cours

Si vous rencontrez des soucis de lecture directe, votre navigateur Internet est certainement obsolète. Veuillez le mettre à jour, ou utilisez un navigateur moderne.

Toutefois, vous pouvez télécharger le cours en mp3 et l'écouter avec votre lecteur audio favori. Plus d'information ici

Téléchargement direct

Cours